D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Comment fait-on du bon vin ? Autant de questions qui méritent des réponses. Cette page est faite pour ça, vous apporter davantage d’informations sur la vigne , le vin et plus généralement sur l’évolution de notre domaine. Et pourquoi pas répondre à certaines de vos questions. Bonne balade !

02/10/2019 – Top départ des vendanges en liquoreux !

La pourriture noble (Botrytis cinerea) est en train de s’installer progressivement sur les grappes de Sauvignon gris, Sémillon et Muscadelle de nos différentes parcelles. 

Notre équipe de vendangeurs, constituée d’une vingtaine de saisonniers, est prête. Ils arrivent de Dordogne, de l’Orne, de l’Ardèche, de la Creuse, du Maine-et-Loire, du Morbihan. Certains vendangent en liquoreux pour la première fois, d’autres y sont habitués. Après un briefing afin de les sensibiliser aux différents stades de pourriture, nous partons à l’attaque des parcelles “Titou”, “Bordes” et “Brugeaud” plantées en Sauvignon gris. Puis ce sera au tour des parcelles “2 mètres” et “Devant”, plantées elles en Sémillon.

Un vendangeur de chaque côté du rang, nous remontons 8 rangs simultanément. Les porteurs font la navette entre les coupeurs et les tracteurs, afin de vider les seaux dans les bennes. Arrivés au bout du rangs on déplace les tracteurs, et voilà que David s’enlise dans la parcelle voisine, le débutant !

La trie (on parle bien d’une trie à la vigne) est nécessaire afin de ne récolter que les grappes “rôties” dont le stade de pourriture est suffisamment avancé. En effet, ces grappes ne supporteraient pas quelques jours de plus, il est donc primordial de les vendanger dès à présent. Pour les autres grappes non vendangées, nous repasserons plus tard lorsque le Botrytis aura accompli son oeuvre. Le Monbazillac est décidément le fruit de la patience. En fin de journée, autour du pressoir on fait les comptes. Maigre vendange mais nécessaire. Les vendanges reprendront lundi !

12/09/21019 – Nouvelle cuvée en perspective !

On ne va pas tout vous dévoiler pour le moment mais des rumeurs courent sur le fait que le Domaine de Combet expérimente une nouvelle cuvée de vin blanc sec en barriques ! Vous en saurez plus dans les mois à venir mais ces barriques finissent tranquillement leur fermentation alcoolique et augurent d’ores et déjà de jolies choses ! A suivre…

09/09/2019 – Top départ des vendanges 2019 au Domaine de Combet

Nous y sommes ! Les vendanges du millésime 2019 viennent de débuter au Domaine. Nous commençons par faire rentrer le Sauvignon blanc, planté sur notre parcelle “Titou”, vendangé à la machine, pour notre désormais célèbre Bergerac sec.  

Nous laissons mûrir davantage quelques rangs de Sauvignon blanc en vue d’un assemblage avec du Sauvignon gris, vendangé manuellement pour notre moelleux 2019. 

Viendront ensuite les cépages rouges (Merlot, Cabernet franc et Cabernet Sauvignon) pour le rosé et le rouge.

Enfin nous terminerons par les vendanges manuelles en plusieurs tries de Sémillon, Sauvignon gris et Muscadelle pour nos cuvées de liquoreux en AOC Monbazillac.

09/08/2019 – Réintroduction du cépage autochtone Mérille en Dordogne

Le Domaine de Combet participe à la réimplantation du Mérille, également appelé “Périgord”, un cépage noir historique du sud-ouest qui tend à disparaître. On ne dénombre plus que 100 hectares plantés en Mérille en France et seulement 3,5 hectares dans le Bergeracois.

En partenariat avec la Chambre d’Agriculture de Dordogne, une partie de notre parcelle “Botto” a été replantée en Mérille à usage de conservatoire afin de préserver ce cépage et d’assurer la diversité génétique de l’encépagement.

12/07/2019 – Les futures vignes du Domaine

Les dernières plantations de Combet se portent bien. Sur la première photo, il s’agit de la parcelle “Latrique” de 0,46 hectare, plantée de Sauvignon blanc, en avril 2019. Sur les 2 photos suivantes, il s’agit de la parcelle “Les Maules haut”, de 1,25 hectare plantée en Merlot, en mai 2017.

Encore un peu de patience avant de pouvoir retrouver les raisins de ces parcelles en bouteille !

07/07/2019 – Le décavaillonnage kézako ?

Ah vous voulez en savoir plus sur le décavaillonnage ! Sachez tout d’abord que ce mot ne figure pas dans le dictionnaire bien que le mot “décavaillonner” existe lui.

Il s’agit, comme son nom l’indique, de retirer le cavaillon comprenez la bosse de terre constituée sous le pied de vigne par un précédent labour. Cette tâche consiste également à arracher les “mauvaises” herbes qui poussent au plus près du pied de vigne. 

Les décavaillonneuses dernière génération sont tractées donc ne nécessitent qu’une seule personne chargée de conduire le tracteur et actionnées par un système hydraulique, sans effort manuel. Le modèle, que nous avons expérimenté, est lui d’une autre époque, nécessite deux personnes, l’une à la conduite et l’autre perchée sur un siège en métal bancal chargé de faire le papillon, écarter les versoirs le plus largement possible afin d’aller chercher les mauvaises herbes et ramener ces mêmes versoirs dans le rang afin d’éviter d’arracher les pieds de vigne.

Après quelques heures de décavaillonneuse “ancienne génération”, vous pouvez résilier votre abonnement à la salle de sport pour sûr !

09/10/2018 – Vendanges 2018 au Domaine de Combet

Voilà quelques clichés pris lors des vendanges 2018

Fermer le menu
×
×

Panier

%d blogueurs aiment cette page :